Zarif appelle la Corée du Sud à libérer les ressources en devises iraniennes «dans les plus brefs délais»

Téhéran (IRNA)-Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, insistant sur le fait que le plus grand obstacle au développement des relations Téhéran-Séoul, dans la conjoncture actuelle, est la question des ressources en devises bloquées de l'Iran par les banques coréennes, a appelé le gouvernement sud-coréen à prendre les mesures nécessaires pour lever les obstacles dès que possible. »

Le vice-ministre sud-coréen des Affaires étrangères Choi Jong-kun, se trouve à Téhéran dans le cadre d’une visite de trois jours à la tête d’une délégation de responsables politiques et financiers et pour discuter du règlement des différends qui ont sapé ces derniers mois les relations entre les deux pays.

Il doit discuter notamment avec la partie iranienne de la question des ressources financières iraniennes bloquées par Séoul.

Le diplomate vient d'être reçu cet après-midi par le ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

Selon les autorités, des pourparlers sont en cours entre Séoul et Téhéran sur l'utilisation des fonds iraniens gelés dans des banques sud-coréennes, pour acheter des vaccins contre le coronavirus.

« Compte tenu des conséquences sanitaires et économiques de la crise due à l’épidémie du Covid19, la principale priorité pour Téhéran dans les relations irano-sud-coréennes est désormais d’avoir accès à ses ressources », a déclaré le Chef de la diplomatie iranienne.

Le diplomate sud-coréen a pour sa part souligné la volonté de son pays pour résoudre le problème: « Séoul fera de son mieux pour donner accès à ces ressources », a-t-il promis.

Evoquant la saisie par l’Iran du navire battant pavillon sud-coréen, le Vice-ministre coréen des Affaires étrangères, Choi Jong-kun, a appelé à une solution immédiate du problème.

L'Iran appelle à ne pas politiser la saisie du navire sud-coréen

La diplomatie iranienne appelle à ne pas politiser la saisie d'un pétrolier battant pavillon sud-coréen dans le golfe Persique arraisonné pour violation du droit de l'environnement maritime. Cela intervient après que les États-Unis et la France eurent demandé à Téhéran de libérer le navire.
Réagissant par la voix de son porte-parole Saïd Khatibzadeh, le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que Téhéran avait réitéré à plusieurs reprises aux parties interventionnistes que l’affaire ne les concernait pas et que politiser un problème technique n’aiderait pas à le résoudre.
De même le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, reçevant hier dimanche son homologue sud-coréen à Téhéran a déclaré que le pays d'Asie de l'Est devrait patienter pour que l’affaire suive son processus normal devant les instances judicaires .
Le pétrolier a été saisi la semaine dernière, sur la base d'une ordonnance du tribunal iranien pour « violation répétitive des lois environnementales maritimes » sur les eaux iraniennes et du golfe Persique.
Le tribunal enquête actuellement sur l'affaire. Le diplomate iranien a également exhorté Séoul, toujours lors de la rencontre à débloquer plus de 7 milliards de dollars de fonds iraniens gelés en Corée du Sud.
Abbas Araghchi qualifiant d’illégal le gel des biens iraniens, a appelé Séoul à ne pas céder aux politiques d'extorsion des États-Unis.
La Corée du Sud affirme que les fonds ne peuvent pas être débloqués en raison des sanctions américaines bloquant les transactions en dollars avec l'Iran. Pour Téhéran le gel des ressources en devises est dû à un « manque de volonté politique de la part du gouvernement sud-coréen, plutôt qu'à des sanctions américaines."

Au cours de la rencontre, le responsable coréen a souligné que sa visite à Téhéran montrait l'importance que son pays attache au développement des relations avec l'Iran.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 9 =